Évaluation

L’évaluation des projets dans la phase d’exécution comporte deux volets : une évaluation externe réalisée par une équipe scientifique et une évaluation interne, par les projets eux-mêmes.

L’évaluation externe vise à obtenir une vue d'ensemble des projets afin d’examiner dans quelle mesure les objectifs du plan ont été rencontrés. Elle sera réalisée à l’aide d’indicateurs de performance définis préalablement, associés aux principes du « Triple Aim » et au développement des différentes composantes de soins intégrés. Une équipe scientifique sera responsable de l'évaluation externe des projets pilotes et récoltera les informations nécessaires pour réaliser cette évaluation externe auprès des projets. L'appel à candidatures pour l'équipe scientifique a été publié début juin 2016 sur le site web de l'INAMI. En octobre 2016, le consortium FAITH.be a entamé la préparation de l’accompagnement scientifique et l’évaluation des projets pilotes. FAITH.be représente « Federated consortium for appraisal of integrated care teams in health in Belgium” et rassemble des facultés de six universités différentes  (UA, Ugent, KUL, Ulg, UCL, VUB). Le comité d’assurance de l’INAMI a approuvé le «Protocole Évaluation scientifique et appui aux projets pilotes de soins intégrés pour les personnes atteintes de maladies chroniques en Belgique » le 24 avril 2017.

L'évaluation interne est une autoévaluation des interventions dans le cadre du projet pilote. L'impact des interventions mises en œuvre doit être mesuré sur la base d’indicateurs concrets de structure, de processus et de résultats. A cet effet, le plan d'action locorégional élaboré au cours de la phase de conceptualisation des projets devra contenir les objectifs concrets que le projet vise à atteindre et des indicateurs de mesure des résultats obtenus associés à ces différents objectifs. Ces indicateurs feront l’objet de mesures régulières qui seront comparées entre elles ainsi qu’à leur valeur avant le démarrage du projet. Les résultats de l'autoévaluation seront examinés par la structure de gouvernance du projet qui décidera de la nécessité ou non d'ajuster le plan d'action locorégional. Les objectifs initiaux du projets sont susceptibles d’être revus à la hausse ou à la baisse, en fonction de la capacité du projet à les atteindre. De même, les moyens déployés pour atteindre les objectifs sont susceptibles d’être réajustés en fonction des résultats de l’autoévaluation. Ces éléments seront rassemblés dans un rapport qui sera présentés à l’ensemble des acteurs impliqués dans le projet et soumis aux autorités concernées par le projet au titre de rapport annuel.